La fraternité en héritage – Histoire d’une confrérie soufie

821

La fraternité en héritage – Histoire d’une confrérie soufie

Considéré aujourd’hui comme l’une des figures les plus éminentes du soufisme, le cheikh Khaled Bentounes est avant tout l’héritier d’un mouvement spirituel dont les racines remontent à la grande mystique de l’islam médiéval. Il raconte ici, avec l’écrivain et spécialiste des religions Bruno Soit, la fabuleuse aventure humaine de ses pères.

Pour raviver et féconder le fonds immémorial du soufisme, c’est son arrière-grand-père, le cheikh Ahmed al-’Alâwî (1869-1934), qui crée en 1909 à Mostaganem une nouvelle confrérie, caractérisée par son ouverture aux autres religions et à la modernité. Mais l’universalisme du fondateur ne l’empêche pas d’être mal vu par l’administration française, car il est aussi un patriote. Son fils et son petit-fils, ses successeurs, s’impliqueront activement pour la libération de l’Algérie – avant d’être persécutés par un FLN autoritaire et antireligieux.

Lorsque son père meurt d’épuisement avant d’avoir atteint cinquante ans, Khaled Bentounes mène une nouvelle vie en France. Or, contre toute attente, le conseil des sages de la confrérie ‘Alâwiyya le nomme chef spirituel. Il saura donnera cette charge une dimension internationale, favorisant le dialogue interreligieux, l’écologie ou l’éducation – notamment avec les scouts musulmans de France.

Mis en ligne le : jeu 25 février 2010 

قد يعجبك ايضا المزيد عن المؤلف

اترك رد

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.